dimanche 17 janvier 2016

Critique de film: Hunger Games, Catching Fire (2)(2013)

Voir aussi:
Critique de film: Hunger Games (1)(2012)
Critique de film: Hunger Games, Mockingjay part 1 (3)(2014)(à venir)
Critique de film: Hunger Games, Mockingjay part 2 (4)(2005)(à venir)






Catégories:

  • PG-13 (violence et action intenses, des images effrayantes…) dans la plupart des pays. Au Québec, il est coté Général «déconseillé aux jeunes enfants».
  • Blockbuster
  • Drame,
  • Science-fiction,
  • Aventure,
  • Thriller,
  • Violence,
  • Romance.

Thèmes: 

  • Téléréalité, 
  • Style « les gladiateurs du Collisée »,
  • Style « survivre jusqu'à la fin du film »,
  • Injustice sociale,
  • Inégalités sociales, 
  • Révolution et désobéissance sociale,
  • Enjeux politiques,
  • Trouble de stress post-traumatique.


     Test de Betchdel: Katniss parle plusieurs fois avec sa soeur, sa mère, puis plus tard, avec Effie, Johanna, Wiress, etc. à propos des jeux, de stratégies, de Panem, du Capitole, et bien plus.
     Scénario et réalisation: Hunger Games est à l'origine un roman écrit par Suzanne Collins. Le scénario de ce film a été écrit par Simon Beaufoy et Michael Arndt (ou Michael deBruyn). Le film est réalisé par Francis Lawrence. Ce n'est donc pas du tout la même équipe que pour le premier film.
     Langue d'origine: Anglais
     Pays d'origine: États-Unis
     Date de sortie: 22 novembre 2013 (USA)
     Budget pour le film: 130 millions US (soit 52 millions de plus que le premier film)
     Box-office: 424,6 millions US (soit 16.7 millions de plus que le premier film)
     Évaluation IMDB: 7.6 / 10 (470,719 votants)
     Reconnaissances: 58 nominations, 21 prix gagnés, parmi lesquels: Trish Summerville pour les costumes (Academy of Science Fiction, Fantasy & Horror Films USA & Costume Designers Guild Award), Best Thriller (Empire Awards, UK), Best Male Performance (Josh Hutcherson) & Best Female Performance (Jennifer Lawrence)(MTV Movie Awards)(source).


Peeta Mellark (interprété par Josh Hutcherson), Effie (Elizabeth Banks) & Katniss Everdeen (Jennifer Lawrence)

Synopsis:

     Après leur victoire aux 74e Hunger Games, Katniss Everdeen et Peeta Mellark se préparent pour la « Tournée des vainqueurs », où ils visiteront tous les autres districts. Mais avant de partir, le Président Snow rend visite à Katniss. Il a vu dans la finale de la 74e édition des Hunger Games un acte de défi et craint un soulèvement. Il demande à Katniss d'agir comme une alliée du Capitole, de se montrer reconnaissante et convaincantes sinon, il menace de voir ses agissements comme des actes de guerre, par lesquels il répondra par des actes de guerres et détruire ceux et celles qu'elle chérit.
     En coulisse de la Tournée des vainqueurs, le président Snow consulte Plutarch Heavensbee (interprété par Philip Seymour Hoffman), un ancien Haut Juge des Hunger Games (en anglais «game-master») pour le 75e Hunger Games et l'implantation des «jeux de l'Expiation» (en anglais le «Quarter Quell»), où les vainqueurs des 25 dernières années devront retourner dans l'arène pour un dernier combat à mort. Katniss et Peeta se retrouvent à nouveau dans les Hunger Games et doivent former des alliances dans le but de survivre cette nouvelle édition.

Président Snow (Donald Sutherland) et Plutarch Heavensbee (Philip Seymour Hoffman)

Ma critique, en quelques mots:

     The Hunger Games, Catching Fire, deuxième de la série, surpasse le premier. Les scénarios est plus clairs, les personnages sont mieux définis, les revirements sont au rendez-vous.
     J'ai bien apprécié le voir, mais il ne passe pas le cap de l'achat DVD pour moi. Je me suis toutefois réjouie de le voir accessible sur Netflix et pouvoir le voir une seconde fois.

À noter: je n'ai pas lu le livre. Je n'ai aucune idée si le film est à la hauteur du livre, s'il lui est fidèle ou non. Cette critique est donc strictement dédiée au film. Comme j'écoute les films dans leur version originale en anglais, il est possible que «ma» traduction de certains mots ne soient pas identiques à celle de la version francophone du film.

À noter: Hunger Games, Catching Fire est le deuxième film d'une série de 4.

Réalisation globale:

     Quoique ce deuxième film n'est ni le même scénariste, ni le même directeur, le film continue très bien le premier. Il est aussi facile pour un deuxième film de ne pas être à la hauteur du premier, car une fois que le monde et l'intrigue a été implanté avec le premier, il arrive souvent que le deuxième nous laisse sur notre faim. Ici, ce n'est pas le cas. La continuité de l'intrigue marche bien et il y a juste assez de nouveaux matériels dans ce deuxième, pour nous donner une sensation de «wow!».

Divertissement et originalité:

     Le premier m'avait laissé un sentiment de «vaguement déjà vu». La suite apporte du nouveau à l'histoire et c'est ici que je trouve qu'elle prend son caractère personnel. J'ai préféré le scénario de ce deuxième film et ses revirements, comparé au premier film.

Immersion et émotivité:

     Comme pour le premier film, l'intrigue est bien montée et l'immersion dans le film se fait tout seul. On s'oublie dans le film. L'histoire et la réalisation du film sont bel et bien émotifs et émouvants.

Scénario:

     Les revirements réservés à «Catching Fire» m'ont plus. J'ai bien aimé la continuité, comme le renouveau, que nous a réservé ce scénario. Qui plus est, les éléments que j'ai trouvé pas assez clair dans le premier film et qui ont fait que je lui ai donné un citron, ne se sont pas répété dans le deuxième. Le scénario était clair, des indices pour les revirements sont mis aux bons endroits pour qui sait les repérer et le coup de théâtre qui nous est réservé est bien réussi, à mon avis.

Acting et développement de personnages:

     J'ai aimé la profondeur des personnages et ils sont brillamment joués par les acteurs. Les éléments faibles du premier ne se sont pas répété, ce qui me fait oublier le citron que j'ai mis ici pour le premier.
     Plusieurs nouveaux personnages s'ajoutent, soit Finnick Odair (joué par Sam Claflin), Johanna Mason (joué par Jena Malone), Beetee (Jeffery Wright), Wiress (Amanda Plummer) et Mags (Lynn Cohen), chacun bien coloré et bien interprété par leur actrice ou acteur respectif. J'ai particulièrement apprécié la place accordée aux rôles féminins et les interactions entre chacun, chose qui, pendant longtemps, était rare de voir dans une film hollywoodiens (ce qui a tendance à changer depuis l'établissement et la popularité grandissante du Test de Betchdel.




Photographie et visuel:

     Ici, je garde le même commentaire que pour le premier film:
     En étant un blockbuster, les effets visuels sont au rendez-vous. Mais il y a tout de même une touche de plus. Parce que le scénario décrit l'excentricité des gens de la capitale, on y a mis le budget. Les costumes, des coiffures, le maquillage, les décors, c'est très haut en couleur.
     La qualité photographique est aussi au rendez-vous, ce qui n'est pas une évidence, même pour un blockbuster. Les plans de caméra sont étudiés avec l'éclairage. Lors des moments émotifs, les plans de caméra et les mises en scènes sont presque poétiques, alors que lors des scènes d'actions, le montage est rapide, les mouvements de caméra sont nerveux, pour accentuer les frissons.

Musique et son:

     Ici aussi, je garde le même commentaire que pour le premier film:
     J'ai trouvé que la musique se fondait bien dans le film.  Elle est simple, sans orchestre symphonique, elle ne tape pas sur les nerfs, elle renforce les émotions des points culminants comme désiré, sans extravagance, sans voler le show. Elle se fait presque discrète, elle se marie bien à l'image, et nous permet une pleine immersion dans le film.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire