dimanche 5 juillet 2015

Je suis TDAH... et après?

    Pendant une vingtaine d'année, j'ai cru être hypoglycémique, sans avoir eu un diagnostique (j'avais pas mal tous les symptômes, le profile de santé, antécédents, etc. tel que décrit sur le site de l'Association des Hypoglycémiques du Québec). Puis j'ai voulu aller de l'avant pour régler mes désagréments.
    Pour faire une longue histoire courte, j'ai découvert que je n'étais pas du tout hypoglycémique, et pourtant, les symptômes étaient pourtant bien réel!
      Les symptômes, quels étaient-ils?
      Toujours de façon très intermittente et très variable au jour le jour:
  • Sur-stimulation
  • Surmenage mental
  • Grande fatigue (mental surtout, mais aussi physique)
  • Concentration difficile
  • Facilement distraite, souvent rêveuse
  • Idées floues par moment, incapable de verbaliser mes idées...
  • Trouble de l'humeur
  • Impulsivité par moment, impatience... parfois à la limite de l'agressivité
  • Troubles de sommeil diverses selon les périodes

     Puis, cette pub s'est mise à hanter ma navigation sur le web:


     Ça m'a mis la puce à l'oreille... J'ai fait quelques lectures sur le web, soit: Est-ce qu'il pourrait s'agir du TDAH? et Qu'est-ce que le TDAH // Linda Walker Coach. Ces deux sites sont riches en réponses et explications, alors je ne m'étendrai pas ici sur ce qu'est le Trouble du Déficit d'Attention avec (ou sans!) Hyperactivité. Pour en savoir plus, je vous invite à consulter ces deux perles. 

      Suivant ces lectures, j'ai trouvé que ça me rejoignait beaucoup. Et parce que je vis certains défi de carrière que j'aimerais surmonter et me prendre en main, j'ai décidé de ne pas attendre un autre vingt ans avant d'aller chercher un diagnostique.
      J'ai donc été consulter un psychologue spécialisé pour le TDAH chez l'adulte (merci les assurances GÉNIALES de mon conjoint qui m'ont permis de recevoir ces rendez-vous remboursés en totalité!) et j'ai eu mon diagnostique: je suis bel et bien TDAH... et il vient avec un léger trouble de lecture (qui n'est pas si génial, lorsqu'on aspire à être écrivain...)

Je suis TDAH... et après?

    Eh bien, techniquement ça ne change RIEN! Je suis toujours la même personne, avec les mêmes passions, les mêmes aspirations et les mêmes défis. La réaction de plusieurs amis de longue date lorsque je leur dis, ressemble à: «Bien sûr, on le sait depuis toujours!» car bien entendu, on ne devient pas un jour, comme ça, TDAH. On l'est ou on ne l'est pas.
      Par contre, je comprends mieux mes défis. Je comprends mieux pourquoi j'étais là à regarder mes collègues écrivains avoir l'air si... assidus, si linéaire dans leur méthodologie et les voir publier un texte après l'autre, presque les deux doigts dans le nez (selon mon point de vue distant et sans être dans leurs souliers bien entendu...), alors que ma méthodologie m'apparaît être complètement éparpillée, brouillon, volatile et instable comme un feu d'artifice.
     Je comprends aussi mieux pourquoi j'ai tant de difficulté à lire et que j'ai tant de retard, pourquoi c'est pour moi si difficile de terminer une lecture, pourquoi c'est si long et laborieux de finir de lire un livre (les tests d'attentions et de rétention mémoriel des données précises l'ont bien démontré). Donc,  de savoir que je suis TDAH, ça change aussi TOUT!


...et après?

     Alors, et après, quoi? Lorsqu'on entend TDAH, le mot qui vient après généralement, c'est Ritalin. Non merci pour moi! Je ne remets pas en doute son efficacité, par contre, je ne ME vois pas, moi, être accroché à une médication pour si peu. J'ai entendu des personnes dire que pour eux, ça a changé leur vie et que ça marche super bien, d'autre qui disent en prendre seulement à l'occasion, comme en période d'examen ou une période particulière au travail qui demande une concentration infaillible. Je peux toujours changer d'idée, mais pour l'heure, je vais me concentrer sur du "coaching".
     Je suis ainsi depuis toujours et étape par étape, j'ai travaillé sur moi-même pour contrôler certains points qui sont typiquement TDAH, pour mieux m'organiser ici ou ne pas perdre mes choses, ou contrôler certaines impulsions. Mais il me reste des éléments que je n'arrive pas à corriger seule. C'est là, sur ces points, que je vais consulter pour trouver de l'aide, en coaching, en PNL, en orthophonie (pour le trouble de lecture).
      Un médecin m'a dit que ce n'était pas la peine de faire du coaching, car pour elle, ça lui semblait "trop long" comme changement. C'est peut-être une pensée arrêté sur l'idée qu'il existe une pilule magique pour contrer cette maladie. Par contre, je ne me vois pas comme quelqu'un de malade en besoin de guérir.
     Non, je me vois au contraire comme quelqu'un qui est simplement différente; j'ai toujours été différente, j'ai toujours pensé en-dehors de la boîte, j'ai toujours été marginale et confortable de ne pas cadrer avec les autres. J'ai passé une vie à opérer des changements un après l'autre; s'il y a une constance dans ma vie, c'est le changement et l'inconstance! Peu importe ce que je dis aujourd'hui, c'est possible que dans six mois, j'aie changé de tout au tout!
     Et il ne faut pas se le cacher: j'aime cette quête de vie de se changer pour le mieux, de se transformer pour être meilleur. Le TDAH m'apporte des défauts qui rendent ma vie plus difficile; la paresse n'en fait pas parti. Le TDAH vient aussi avec de grandes qualités, entre autre d'être créative et d'arriver à penser différemment. 
     Bref, c'est pour moi une nouvelle aventure qui commence! :) Une aventure remplie de défis et d'objectifs.

Mes objectifs


  • Avoir une lecture plus efficace: je compte ouvrir un volet sur ce blogue pour les critiques constructives de mes lectures. Je ne participerai à aucun concours de "combien de livres tu lis par an" car ce serait la honte du petit nombre... mais, malgré un rythme de vie for occupé avec les jeunes enfants, je vais faire de mon mieux, pour ma satisfaction personnelle et bien sûr, pour mon épanouissement en tant qu'écrivain :)
  • Confiance de soi: oui, c'est très difficile. J'ai un sentiment au fond de moi, les autres ont un opinion et j'ai tendance à essayer l'avis de l'autre d'abord... pour me rendre compte que ça ne marche pas avec moi et que mon sentiment face à moi-même était plus juste. C'est bien d'écouter les autres bien sûr, mais pas de s'oublier. Alors être plus à l'écoute de moi, avoir confiance en mon intuition.
  • Débuter ma carrière: ça semble bizarre et limite honteux d'être rendu à mon âge et d'avoir si peu de succès dans le milieu du travail. J'étais une employée très appréciée là où j'ai travaillé et lorsque le cadre m'était fourni, j'étais très fonctionnelle... mais ennuyée à mourir! Lorsque j'ai tenté lors de la dernière année de devenir travailleur autonome, la passion était là, mais incapable de trouver un cadre de travail pour être fonctionnelle. Alors voilà: autodiscipline, organisation et méthodologie, concentration, efficacité, gestion du temps optimal, etc.
  • Avoir un revenu: je n'ai pas de revenu depuis quelques années, donc bien sûr, je serais contente avec 2'000$ dans mes poches par trimestre :oP   Plus sérieusement, j'ai incroyablement envie de reprendre ma vie de femme active, de travailler sur mes passions et d'en tirer un revenu. Je sais que ce n'est techniquement pas si sorcier; dans mon esprit trouble et turbulent, ben, je ne sais pas trop par où commencer, et j'ai surtout beaucoup de difficulté de rester "focusé" longtemps sur le même projet. Court terme, c'est cool. Moyen terme, ça va encore. Long terme, capoute... Et pourtant, écrire, se N'EST QUE projets à long terme! Alors, je vais tenter de mettre un œuf dans chaque panier: faire quelques projets de courts et moyens termes pour engranger quelques petits revenus "faciles", tout en continuant d'avancer les projets long termes.
       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire