jeudi 19 avril 2012

Ce qui m'empêche (vraiment) de dessiner / peindre

    Suite à mon dernier billet « Est ce que quelqu'un pourrait me dire...??? » et les quelques commentaires que j'ai eu (sur un forum), j'ai pu remettre quelques idées en place.
      Je voudrais premièrement remercier ceux qui ont pris le temps de m'écrire un commentaire. Ils m'ont aidé à replacer mes idées! =)

1) Accéder au « mode artistique »

     Lorsque je travaille en art visuel, j'ai besoin de me « construire une bulle » dans laquelle je peux m'évader. J'ai souvent appelé cet état d'esprit, une "bulle" ou un état de « transe artistique ». Depuis ma lecture de « Drawing on the right side of the brain », de Dre Betty Edwards, j'ai compris que j'ai en fait besoin de « taire mon hémisphère cérébral gauche » (côté logique, langage, mathématique...) pour laisser le droit (le côté intuitif, créatif, visuel, artistique...) prendre TOUTE les commandes.
     Ceci est essentiel pour l'art visuel, car, selon l'auteure Dre Betty Edwards, l'art est l'une des très rare discipline qui se fait en se servant exclusivement de l'hémisphère droit (la majorité, voir presque toutes les autres nécessitent un certain équilibre entre le côté droit et le côté gauche... sans parler des nombreuses tâches qui ne demandent que le côté gauche. Selon elle, c'est la raison principal pourquoi très peu de personne sont capable de « bien dessiner »: nous vivons dans une société qui instruit principalement le côté gauche (logique, langage, mathématique...) et abandonne le côté droit...
     C'est sûrement la raison pourquoi j'ai l'impression de ne pas pouvoir le faire en présence de ma fille. Étant très jeune, elle a encore besoin de beaucoup d'attention et comprend mal que maman travaille longtemps (c'est à dire plusieurs heures d'affilées) sur une même chose, alors qu'elle se désintéresse souvent de quoique ce soit après 10 à 15 minutes, comme tout enfant de son âge. Je n'arrive donc pas à "construire ma bulle" en sa présence (je dois rappeler que je suis enfant unique qui a passé de nombreuses heures solitaires dans mon enfance, avec tout le loisir du temps et de la "tranquillité" pour laisser libre court à mon créativité artistique, visuel comme littéraire).

2) Partager l'art avec ma fille

     Un commentaire reçu (que vous pouvez lire à la suite du même billet, mais en version anglaise ici):
« (...) Ou fait un jeu avec ta fille, laisse-la suggérer quelque chose que tu dessinerais pour elle... »
    Oui, c'est un jeu qu'on fait déjà depuis longtemps. Entre autre, ça l'aide beaucoup dans le développement de son langage. Quoiqu'elle ne parle pas encore avec autant de vocabulaire que les autres filles de son âge, elle s'intéresse aussi aux lettres et nous demande parfois même d'écrire les mots sous les dessins qu'on lui fait.
     J'ai aussi commencé l'automne passé à l'initier à la peinture (gouache), chose que je me suis rendue compte par la suite que bien des mamans craignent de faire ou du moins, qu'elles ne savent pas comment s'y prendre (peur des dégâts, des vêtements tâchés, etc.).

    Chaque fois que je m'adonne à ces activités, autant j'ai du plaisir avec ma fille à les faire, autant j'ai une certaine amertume... Premièrement, elle se fatigue (trop) rapidement (à mon goût), mais comme je le mentionnais, c'est normal à son âge. Ensuite, presque tout ce que je fais avec elle, « disparaît ». Ce qui m'interpelle un troisième point.



Voici deux exemples (mes préférés) de peinture que ma fille a fait, avec ma participation.
 

3) Le résultat de l'Art

     Dans mon billet précédent (« Est ce que quelqu'un pourrait me dire...??? »), je faisais mention de musique. La musique est une de ces formes d'expression artistique qui se joue et chaque nouvelle interprétation d'une pièce devient alors unique (mis à part le fait que depuis plus ou moins siècle, on peut désormais les enregistrer et les faire jouer à l'infini, ce qui est récent dans l'histoire de l'humanité). L'art visuel pour sa part, tout comme la littérature, sont des formes d'art qui se couchent sur un support, papier ou autre et qui reste.
     Je ne sais pas si le fait que j'ai choisi ces deux formes d'art, le visuel et l'écrit... mais j'ai cette manie d'aimer conserver le résultat de mon art. Que ce soit des croquis, des esquisses, des études, des expérimentations ou des projets finis et dignes d'être accrochés au mur, j'aime conserver ce que je fais. Ceci s'applique aussi pour l'écriture: tous mes plans, mes recherches, mes brides de textes, mes questionnements sur un projet, je garde tout (et c'est d'autant plus facile en littérature, avec le stockage sur disque dur; c'est un autre problème lorsqu'il s'agit d'entreposer mes travaux d'arts visuels...)

     Donc, quoique j'adore partager avec ma fille cette initiation à la peinture (et j'ai même commencé à penser comment conserver ces expérimentations qu'elle fait dans des portes-folios fait maison), moi, je n'ai pas le temps de m'exprimer pleinement (puisque le but, c'est de lui montrer comment s'exprimer, elle! et qu'elle le fait en très peu de temps). Tout ceci rentrera dans l'ordre lorsqu'elle grandira et qu'on pourra faire chacun notre projet côte-à-côte, que je pourrai lui montrer à utiliser d'autres médium que la gouache, et qu'elle aura pris beaucoup plus d'autonomie. Ce n'est qu'une question de temps.
     D'ici là, je dois avoir environ deux heures par jour (et encore) où elle dort et que je suis éveillée. Je pourrais peut-être tenter d'utiliser ce temps pour ce genre de projet (tout comme aujourd'hui, je m'en sers pour écrire ce billet). Pour l'avoir essayer, je ne suis habituellement pas capable de le faire en deux heures : soit je continue tard le soir (et ce n'est pas recommandé lorsqu'on est dans les cinq dernières semaines de sa grossesse) ;o)  soit elle se réveille et je commence à peine à « avoir du fun ».

     Il me reste une option par contre, qui vient de me venir en tête, alors que j'écris ces lignes : le printemps est arrivé et il fait souvent très beau dehors. Je pourrais peut-être tenter l'expérience d'amener au parc mon cahier de dessin (normalement, j'amène un livre et / ou de quoi écrire). L'été passé, j'ai amené de quoi peindre (aquarelle) à la piscine. Ma fille s'est amusée à dessiner à côté de moi et si elle s'ennuyait, elle avait la piscine et tous les autres jeunes pour s'occuper). Je pourrais tenter quelque chose de similaire, mais au parc. =)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire