vendredi 18 novembre 2011

Remue-méninges et germination d'idées

     Il y a un moment que je suis restée silencieuse sur ce blogue.
     Après... quoi? Une semaine? J'ai réussi à mettre mes idées en ordre et me déprendre de ma dernière impasse. Un gros merci à tous ceux qui m'ont écrit (email ou forum) suite à ce poste, merci tout particulier à Jean-Claude Dunyach et Elisabeth Vonarburg.  =)
     Mais voilà, j'ai débloquer pour me rendre compte au premier virage que ma nouvelle direction me demandait toute une réflexion en profondeur, pour être en mesure de continuer. Heureusement, je viens de traverser un mois où j'étais plutôt dans l'incapacité d'écrire, dû à ma grossesse. Maintenant que j'ai bientôt terminé mon premier trimestre (dans 4 jours pour être précise), je vais sûrement avoir moins de nausée et de migraines; elles ont déjà commencé à diminuer.

     Alors, pendant que j'étais plutôt "impotente" (fichues migraines!!), j'ai pu au moins commencer le processus de réflexion. Ce n'est pas encore terminé.
     Ah, cette étape où rien se s'écrit vraiment et tout semble stagner, alors qu'en fait, le travail se passe dans la tête, dans les textes et articles qu'on lit et les documentaires qu'on regarde. Rien ne semble bouger, mais notre cerveau est comme une porte ouverte qui se nourrit inconsciemment de toutes les informations qui passent. Qu'est-ce qu'on garde, qu'est-ce qu'on jette? Qu'est-ce qui nous illumine d'un coup; qu'est-ce qu'il reste à gratter et réfléchir davantage?
     Et pourtant, il y a tellement de choses qui fait du bruit dans ma tête. Ma petite famille s’élargit, je pense que je ne peux me reprocher de penser à tous ces changements, peut-être même plus que mon projet d'écriture.
    Mais je déteste cette impression de stagnation. Je dois me rappeler que ce n'est pas véritablement de la stagnation, mais plutôt un grand remue-méninges et une germination d'idées...!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire